Groupe histoire

Groupe Histoire : Rapport d’Activité

Depuis mai 2017, un « Groupe Histoire » de 6 descendants d’agents parachutistes s’est constitué au sein de la Fraternelle des Agents Parachutistes (FAP), aidé par un chercheur amateur chevronné sur la guerre 1940-1945 et également membre de la FAP, Peter Verstraeten. Le groupe a pour objectif, à court terme, de constituer une fiche résumé reprenant l’activité de chaque agent parachutiste pendant la Guerre 1940 – 1945. Ces fiches nous aident déjà dans le devoir de mémoire de notre asbl. A plus long terme, elles pourraient être regroupées en un livre.

Méthode de travail: A cette fin, le groupe constitue une base de données, sous la forme d’un tableau xls, comprenant actuellement 822 noms et 83 colonnes donnant diverses informations sur chaque personne. Les noms repris dans ce tableau proviennent de sources diverse : Les registres des Subsistants du Ministère de la Défense Nationale Belge à Londres, pendant la Guerre ; les Archives nationales anglaises (KEW), qui nous ont communiqué la liste de tous les belges qui ont un dossier au Special Operations Executive (SOE); les Archives nationales des Etats-Unis ; les Archives militaires belges à Evere ; les Archives de l’Etat belge ; les Archives de la Sûreté de l’Etat au CEGESOMA (Une demande d’autorisation de consultation de ces dossiers à des fins de recherche a été effectuée par deux membres du groupe auprès de Monsieur Robin Libert, Conseiller Général de la Sûreté de l’Etat belge) ; la base de données xls personnelle de Peter Verstraeten, qu’il a bien voulu mettre à la disposition du groupe pour notre travail commun ; plusieurs ouvrages généraux sur les services secrets belges pendant cette période. Seuls environ 300 des agents figurant dans notre base de données ont été parachutés ou infiltrés en territoire occupé pendant la guerre. Notre tableau donne donc une vision plus large de ceux avec les quels ils ont interagi au cours de cette période.

Le groupe se réunit environ une fois toutes les 6 semaines pour faire le point et échanger des informations. Nous considérons également la recherche d’informations auprès des familles d’agents comme un point important et avons déjà accueilli à nos réunions Suzanne de Samblanx, qui a vécu la création du home pour les parachutistes belges à Londres et une petite-fille de René Mombel, parachutiste SAS. Nous avons également été contactés par un parent de Jacques Geerinckx, auquel nous avons pu remettre la fiche résumé de ce dernier. Il nous a, à son tour, transmis certaines informations le concernant.

La constitution du groupe a été bien accueillie au sein de la Fraternelle, qu’elle recentre sur son véritable objectif qui reste le devoir de mémoire. Certains membres de la FAP nous ont confié en dépôt ou donné des archives ou des objets ayant appartenu aux agents parachutés, ce qui permet d’enrichir notre maison d’un matériel didactique mis à profit lors des visites d’écoles ou de groupes d’adultes qui en font la demande.

Nous envisageons également la tenue de conférences, à commencer par notre propre maison, où la connaissance immédiate des agents entre eux ne peut plus servir de fil conducteur à notre connaissance en la matière, puisqu’ils sont tous décédés à l’heure actuelle.

Il va de soi qu’il s’agit là d’un travail de longue haleine dont les résultats immédiats ne peuvent être perceptibles en dehors de la participation éventuelle à une réunion du groupe. De plus, le caractère confidentiel de certaines informations nous oblige à les protéger, par respect pour les agents et leurs familles.

Pour le groupe Histoire, Marie Marchand